• Stefania Piscitelli

La douceur d'un geste

Mis à jour : juin 15

La frénésie et l’agitation s’immiscent dans nos vies telle une fourmilière obstinée et envahissante. Chaque minute court comme si elle était poursuivie par la suivante dans une course effrénée et sans but évident.

Et même lorsque notre corps s’arrête quelques instants, nos lèvres posées sur le rebord d’une tasse de thé frémissant, nous sommes encore rattrapés par ce tumulte incessant. Nos pensées se déchaînent, incapable de freiner leur escalade, elles s’invitent partout et tout le temps comme un intrus malotru ! Il y a un besoin implicite et urgent de se remplir et de ne surtout pas en perdre une miette.

Alors nous remplissons et nous nous gavons jusqu’à l’écœurement. Et même jusqu’au vomissement. Lorsque nos entrailles se déversent ensuite sans aucune retenue à nos pieds ébahis alors on ralentit enfin. Hébété. Le regard hagard et le front en sueur par tant d’efforts vains.


Soudainement un brouillard se forme et le sol se dérobe. Nos pensées s’effilochent, nos croyances se disloquent, nos certitudes s’encoublent et se bousculent. Le chaos nous enveloppe et nous enivre. Mais à travers ce chamboulement une voie s’esquisse subtilement. Une saveur délicieuse se glisse de nulle part et nous éveille. Une odeur au loin nous caresse et nous émeut. Nos yeux s’écarquillent, découvrant un spectacle jusqu’à présent ignoré. Nos sens renaissent et le moindre mouvement reprend son importance. Et alors la douceur d’un geste inattendu nous rend grâce et l’on s’incline humblement devant tant de beauté retrouvée.






 

©2018 by En mouvement vers Soi. Proudly created with Wix.com